• The CLAM-BBA

    La CLAM-BBA

    est affiliée à la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne et est également membre de l'UBEMA (Union Belgo-Luxembourgeoise du Marché de l'Art). plus

  • The CLAM-BBA

    La CLAM-BBA

    regroupe 37 librairies d'Anvers, Bruges, Bruxelles, Comines, Gand, Hasselt, Hatrival, Liège, Malines Mouscron, Namur et Ulbeek, ainsi que des membres associés étrangers. plus

  • The CLAM-BBA

    La CLAM-BBA

    regroupe des librairies spécialisées dans l'achat et la vente de beaux livres, gravures, autographes, manuscrits anciens ou modernes. plus

Actualités


Emile Verhaeren, un poète pour l'Europe

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 09-05-2016 09:43:21

Exposition au Musée Emile Verhaeren, E. Verhaerenstraat, 71, 2890 Saint-Amand. 22 mai - 27 novembre 2016. De son vivant, Emile Verhaeren connut une renommée européenne : ses poèmes furent traduits en plusieurs langues européennes, il faisait des tournées à travers des pays comme la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Russie… et comptait pas mal d’écrivains et d’artistes européens parmi ses amis. Mentionnons les noms de Stefan Zweig, Rainer Maria Rilke, Auguste Rodin, André Gide, Maurice Maeterlinck, Théo Van Rysselberghe, Paul Signac, etc. Indubitablement, Verhaeren incarna l’idée d’une culture européenne et il écrivit même un authentique poème sur l’Europe. Poète européen, Verhaeren fut également un homme des arts. L’exposition présente un ensemble de livres rares, d’éditions illustrées, de photographies et de documents qui illustrent la dimension européenne du poète. Découvrons les œuvres d’art de Théo Van Rysselberghe, Léon Spilliaert, Frans Masereel, Anto Carte, Aristide Maillol, Franck Brangwyn, Henri Ramah, Louis Baretta et d'autres... L’exposition est accessible pendant les week-ends, les jours fériés ou sur réservation de 11h à 18h. En juillet et août, l’exposition est ouverte tous les jours, excepté le lundi.

plus

L'affichiste Charles Loupot à l'honneur

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 06-05-2016 15:59:48

Le Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, Lyon, France, présente jusqu'au 28 août 2016 une exposition consacrée au grand affichiste français Charles Loupot (1892-1962). Sous le commissariat de Thierry Devynck, conservateur à la Bibliothèque Forney et spécialiste de l’histoire de l’affiche française, l’exposition permet de redécouvrir l’affichiste, un temps associé de Cassandre. On peut regarder Charles Loupot comme l’un des inventeurs du style Arts déco, dont il ouvrit les portes de bronze à sa discipline. C’est le plus « artiste » de tous les affichistes, le plus charmeur, mais il fut aussi le plus graphique, surtout après la seconde guerre mondiale lorsque, homme mûr, il invente un art géométrique et rigoureux, aux confins de l’abstraction, art savant, moins immédiatement séducteur, mais toujours d’une grande efficacité publicitaire. Quand d’autres affichistes à carrière longue (Chéret, Cappiello), présentent un œuvre très homogène (dit en termes moins aimables, ils sont un peu répétitifs), la carrière de Loupot évoque les métamorphoses de certains insectes. Elle s’étend sur cinquante années et connaît une série de périodes assez nettement différenciées, qui abordent en un large éventail et comme s’il s’agissait d’une démonstration d’école les divers moyens offerts à la communication publicitaire. Thierry Devynck, ami de la famille de Charles Loupot, permet au Musée d’exposer des travaux qui n’ont pas encore été dévoilés et font de cette rétrospective un moment privilégié d’étude et d’admiration autour de l’art de l’affiche. Charles Loupot, le plus « peintre » des affichistes Né le 20 juillet 1892 à Nice, Charles Loupot s’inscrit en 1911 à L’École des beaux-arts de Lyon. Il y réalisera sa première affiche sur le bal des étudiants, dans un style très figuratif mais déjà très maîtrisé ; le Musée de l’imprimerie vient d’acquérir l’un des rares exemplaires restants de cette création de jeunesse. L’affichiste est mobilisé pendant la grande Guerre, il est blessé. Installé chez ses parents à Lausanne, il rentre dans la vie professionnelle, ses premiers dessins sont publiés dans La feuille d’Avis de Lausanne. À partir de 1918, les commandes se multiplient pour le jeune artiste, il s’oriente vers la création publicitaire et découvre les arcanes de l’imprimerie. Voisin puis Nicolas et les Galeries Barbès. La production des jeunes années de Loupot s’inscrit dans le courant du graphisme suisse de l’époque, mais très vite l’artiste s’en échappe. Le trait un peu rigide des premières années s’efface devant la spontanéité. Les critiques voient en lui « un décorateur et un coloriste plein de ressources ». En 1923, Loupot s’installe à Paris et travaille pour la maison Devambez, déjà éditeur de Cappiello, qui souhaite diversifier sa production d’affiches publicitaires. Loupot dessinera deux affiches pour les automobiles Voisin, elles marqueront son entrée remarquée dans le monde publicitaire. Au sein de la petite structure Les belles affiches animée par André Aubespin, Loupot réalisera ses premières affiches pour Nicolas, les Galeries Barbès. Des créations réalisées en teasing pour les vins Nicolas, avec 3 affiches. 1927 et aussi le début de la collaboration avec Eugène Schueller, propriétaire de Valentine, Dop, Ambre solaire, Monsavon puis L’Oréal. Saint Raphaël et tant d’autres Après Les Belles affiches, vient le temps de L’alliance graphique, en association avec Cassandre. Les deux grands artistes on du mal à travailler ensemble ; leur association durera deux ans. Un bref passage à L’alliance graphique précède une période plus productive : Loupot rencontre Max Augier, chef de la publicité de Saint Raphaël. « Je sentais devant moi un être exceptionnel et je ne me suis pas trompé » dira Augier de Loupot. La collaboration de Loupot avec Saint Raphaël, bien que freinée par des lois restrictives sur la publicité pour l’alcool, et ce jusqu’en 1950, permettra l’éclosion d’affiches spectaculaires. À cette date, Loupot ouvre son agence, Les arcs. Les Galeries Barbès lui confient la décoration de ses camions, il travaille aussi pour Air France. Dans cette dernière partie de sa carrière ; Loupot se caractérise par un style moins spontané, plus « cérébral ». Les sigles d’Air liquide et de Route et Ville en témoignent. « La peinture abstraite, c’est peut-être l’affiche de demain » aimait à dire Loupot, qui s’éteint en 1962 dans sa maison des Arcs, en Provence.

plus

Nouveau catalogue de la Librairie Pierre Coumans

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 27-04-2016 15:20:20

Catalogue 8 - Le Nouveau - A la rencontre de quelques artistes de Belgique. Livres et documents choisis, 1893-1932. Catalogue à prix marqués présentant des oeuvres de Henry van de Velde, Edgard Tytgat, Henri Van Straten, Frans Masereel, Géo Navez, Floris Jespers, Karel Maes, Marcel-Louis Baugniet, Nikolaas Eekman, et Jos Léonard. Nombreuses reproductions en couleurs. Le catalogue est disponible à la Librairie, 8 Galerie Bortier, 1000 Bruxelles.

plus

Nouveau catalogue de la Galerie Le Tout Venant

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 27-04-2016 15:07:25

Catalogue n°12 - Estampes japonaises. Beau catalogue à prix marqués présentant des oeuvres de quarante artistes japonais de renom. Intéressante introduction et petit lexique (pour le non-initié). Chaque oeuvre est reproduite en couleurs. Catalogue gratuit sur simple demande à la Galerie Tout Venant, 31 rue Saint Jean à 1000 Bruxelles. Tél. +32 (0)476 80 40 83.

plus

Les Editions Tandem - De la gravure au livre

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 10-03-2016 16:47:17

Exposition du 11 mars au 28 août 2016, Centre de la Gravure et de l'Image imprimée, 10, rue des Amours. B-7100 La Louvière. Téléphone: +32 (0) 64 27 87 27. Double aventure, à la fois dans le monde de la gravure et de l’édition, Tandem, est le fruit du travail inlassable d’une association. Depuis 1974, Tandem n’a cessé d’éditer, de diffuser et d’exposer livres et estampes. Réunissant des noms prestigieux de la création actuelle : Bogdan Borcic, Pierre Caille, Antonio Segui, Jo Delahaut, Lismonde, Cees Andriessen… Associant les textes et les images de Caroline Lamarche et Kikie Crèvecoeur, de Gaspard Hons et Léon Wuidar, de Clayton Eshleman et Takesada Matsutani,… Donnant à une centaine de jeunes la possibilité de participer à la collection “Histoire(s) en images”. Permettant à des artistes de toutes disciplines d’exprimer leur conception, leur manière de travailler et de vivre leur art, parmi les 85 titres de la collection “Conversation avec…” : Joseph Beuys, Andy Warhol, Pierre Soulages, Jan Fabre, Tomi Ungerer, Lucien Kroll.

plus

Stages d'initiation à la reliure

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 10-03-2016 16:13:36

30, 31 mars et 1er avril 2016: Apprentissage de techniques d’assemblages élémentaires et rapides (emboîtage, accordéon, coutures sans colle...). Le stage permettra de s’initier à la reliure en apprenant pas à pas les gestes, la précision et les subtilités techniques. Par Elise Van Rechem (0477.72.54.69) et Clara Gevaert (0497.37.77.17) ///// 4, 5 et 6 juillet 2016 4, 5 et 6 juillet 2016: Reliures à cahier unique avec exploration de différents moyens d’assemblages (plis, onglets, coutures, baguettes transparentes...). Ces reliures seront pensées individuellement ou en groupe en utilisant le papier comme support de base. Par Gina Pimparel (0496.44.54.46) et Francesca Scarito (0485.76.51.73. LIEU : Ancienne gare de Watermael, 2 avenue des Taillis à 1170 Bruxelles. Réservation effective dès inscription par mail à l’adresse VOIE.CINQ@GMAIL.COM / www.voiecinq.wix.com/atelier

plus

Voie cinq - Un nouvel atelier de reliure d'art à Bruxelles

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 15-02-2016 16:02:20

L'Atelier Voie cinq, Gare de Watermael, 2 avenue des Taillis, 1170 Bruxelles. Email: voie.cinq@gmail.com / Tél. +32 497 377717. Cinq jeunes talentueuses créatrices viennent de s'associer pour ouvrir un atelier collectif de reliure et de design du livre dans l’ancienne gare de Watermael à Bruxelles pour y créer un espace de travail commun dans un esprit d’émulation artistique et de coopération professionnelle avec pour objectif l’exploration de nouvelles techniques et de nouveaux supports pour le design du livre. Un projet original dans un secteur de l’artisanat du livre qui favorise la recherche, la collaboration et la mise en place d’une dynamique nouvelle. Les membres du collectif sont Clara Gevaert, Gina Pimparel, Francesca Scarito, Elise Van Rechem et Marie-Joëlle de Villenfagne.

plus

Nouvelle publication de la Librairie Marc Van de Wiele: Les Sorcières de Bruegel

Publié par: pierre.coumans@skynet.be | Publié le: 18-09-2015 12:59:39

Renilde Vervoort, Bruegel's Witches - Witchcraft Images in the Low Countries between 1450 and 1700. Un volume in-4, broché. 135pp., nombreuses illustrations en couleurs. Disponible en anglais ou en néerlandais. Plus d'information à la Librairie Van de Wiele à Bruges. Belle et intéressante publication éditée à l'occasion de l'exposition présentée à Utrecht (Pays-Bas), 19 septembre 2015 - 31 janvier 2016, et Bruges, 25 février - 26 juin 2016. La sorcière est toujours perçue dans l’imaginaire collectif comme étant une femme très laide, enfourchant un balai pour s’envoler dans les airs à travers la cheminée, où mijote d’ailleurs un énorme chaudron dans lequel elle prépare ses potions magiques, un chat noir assoupi au coin du feu. Ce que l’on ignore bien souvent, c’est que cette représentation a été imaginée par des artistes des Pays-Bas de l’époque médiévale. C’est surtout Pieter Bruegel qui a joué en ce sens un rôle primordial, car il fut le premier à placer la sorcière et son chaudron à proximité du foyer et à lui attribuer le balai pour voler, alors que précédemment elle utilisait toute une panoplie d’objets volants. Bruegel fut ensuite suivi par ses contemporains et successeurs, sa thématique de sorcellerie ayant d’ailleurs été reprise à de nombreuses occasions et lieux. Certains peintres ont même carrément copié ses gravures, comme ce fut le cas de Cornelis Saftleven. D’autres, comme Frans Francken II, ont ajouté aux scènes de sorcellerie de Bruegel des détails inspirés par des événements et jugements locaux. David Teniers le Jeune a largement puisé son inspiration dans ces scènes et une bonne trentaine de représentations de sorcellerie portant sa signature nous sont ainsi parvenues. Cette exposition présente plus de 40 représentations de scènes de sorcellerie de grands maîtres flamands et hollandais comme Pieter Bruegel et David Teniers le Jeune. Qui dit scène de sorcellerie pense automatiquement chasse aux sorcières : les premiers procès se sont tenus aux alentours de 1430. Les ateliers brugeois ont ainsi produit des représentations colorées illustrant cette thématique. Dans les marges des manuscrits volent bien souvent de petites sorcières, alors que leurs grandes sœurs se livrent à des scènes de sabbat dans les miniatures qui ornent des pages entières. Les changements climatiques ont aussi eu leur influence sur ces représentations occultes. À partir de la fin du 16ème siècle, le nord de l’Europe a connu une longue période de refroidissement des températures, s’étendant sur plusieurs siècles et appelée de ce fait le Petit Age glaciaire, avec des hivers glaciaux et des étés assez frais. Les Pays-Bas de l’époque connurent simultanément la guerre de Quatre-vingts ans, avec son chapelet de malheurs, de misère et de famine. Comme toujours en période d’adversité, un bouc émissaire est désigné et les sorcières constituaient des coupables idéales. Tenues comme responsables du mauvais temps météorologique, elles furent pourchassées, jugées et brûlées. Lorsque les persécutions se calmèrent, l’image de la sorcière se modifia quelque peu. Mais la sorcellerie exerce encore aujourd’hui la même fascination, comme le prouve le succès planétaire d’Harry Potter.

plus

Inscription à la newsletter


Rechercher des livres


Auteur:Titre:Mots-clefs:
Recherche avancée

Rechercher un membre


Librairie:Personne de contact:Spécialités: